Assises nationales - AEMO, une aventure collective - De la nécessaire pluridisciplinarité à la transdisciplinarité

Assises nationales - AEMO, une aventure collective" - De la nécessaire pluridisciplinarité à la transdisciplinaritéLe CNAEMO organise les XXXIVes assises nationales intitulées AEMO, une aventure collective - De la nécessaire pluridisciplinarité à la transdisciplinarité du mercredi 19 au vendredi 21 mars 2014 à Clermont-Ferrand.

Présentation

L’articulation entre le travail en équipe et le travail individuel est une tension créatrice qui est au cœur du travail social depuis ses origines. Les services d’AEMO - AE et AED - n’y échappent pas. Ils ont toujours cherché à organiser institutionnellement la dialectique de cette tension. À l’heure où il y a lieu de "mieux définir, et de rendre plus lisible" l’AEMO, il est plus que nécessaire d’affirmer mais aussi de démontrer que la régulation des pratiques qui sont d’ailleurs multiples - "mosaïque des pratiques", "habit d’Arlequin", constitue le socle unificateur des pratiques en AEMO. Cette régulation est à la base de ce qui fonde l’institution de nos services et en fait l’armature commune, son "bien commun". [1]

Cette régulation des pratiques professionnelles qui est donc fondatrice mais aussi constitutive de nos services, est en fait la condition essentielle pour prendre en compte les problématiques familiales. Cette prise en compte ne peut s’envisager qu’à travers l’indispensable, pour ne pas dire l’incontournable participation des familles concernées - quand elle est possible, dans un principe de coéducation comme nous y a invités, plus que jamais la loi du 2 janvier 2002.

[En savoir plus]    

Comment alors penser la participation, la coéducation des familles dans ce principe de régulation, tout en reconnaissant la nécessaire dissymétrie des places de chacun ? Trois éléments fondamentaux qui structurent l’institution de l’AEMO peuvent nous y aider : l’équipe, le partenariat et la pluridisciplinarité.

L’équipe
Le mandat en AEMO qu’il soit administratif ou judiciaire, est trop important, trop grave dans ses enjeux pour laisser le travailleur social affronter seul des situations familiales bien souvent dégradées où la notion de danger pour l’enfant est en permanence à évaluer. Si l’engagement et la responsabilité personnels de l’intervenant sont indispensables dans la conduite de la mesure, le laisser seul serait un fait de non assistance à personne en danger pour lui et la famille. L’institution doit donc garantir la prise en charge et la responsabilité collective de ce mandat. Elle doit faire en sorte que l’équipe soit cet espace de confiance, lieu de réflexivité, de transmission, gage d’estime de soi et de reconnaissance dans la confrontation avec ses pairs. L’équipe doit être cette instance de gestion des controverses et d’ajustements permanents des actions, des représentations au regard des expériences vécues. Elle doit garantir la culture du travail en AEMO, faite de rites et de valeurs… Elle doit être le lieu de partage de ces valeurs et ainsi permettre cette réflexivité éthique des pratiques. C’est aussi cet espace interdisciplinaire qui doit accueillir, contenir et transformer les émotions, les angoisses et les tensions de chacun. Car on ne peut porter psychiquement l’autre qu’à la condition d’être soi même "porté". Le projet de service et donc institutionnel doit garantir cette dimension collective de l’AEMO. C’est à dire que le travail individuel "sur le terrain" doit nécessairement être rattaché à un collectif afin d’éviter toute situation de solitude du travailleur social.

Le partenariat/réseau
Cette dimension de l’AEMO n’est possible et nécessaire à mettre en œuvre qu’à la condition que ce travail en équipe soit effectivement opérant, comme principe de reconnaissance d’une altérité dans le champ social. Ce n’est en effet, qu’à partir d’une élaboration collective, garantie institutionnellement, que le travailleur social de l’AEMO, fort de son identité et d’une position/parole, peut venir enrichir et s’enrichir du regard et de l’appréciation des autres partenaires institutionnels et du réseau dans lequel est inscrite la famille. C’est ainsi une manière de poursuivre cette approche plurielle des situations en y incluant la prise en compte des ressources propres de la famille et sa capacité à les mobiliser. L’AEMO n’est pas un monde à part. Le service d’AEMO doit effectivement prendre en compte l’inscription sociale et culturelle des familles et ainsi prendre part à son niveau, à une meilleure insertion de celles-ci, gage de son autonomie.

La pluridisciplinarité : l’action humaine est trop complexe à approcher pour se contenter d’un seul regard. C’est un postulat autant technique qu’éthique. La pluralité des approches et la diversité des regards, ce qui est en soi une posture clinique, s’inscrivent dans le respect de la singularité des personnes et doivent ainsi permettre de chercher des réponses adaptées et singulières. C’est en conjuguant les compétences pluri professionnelles que l’on prend conscience de la relativité de son seul point de vue et que l’on réalise que la réalité complexe et mouvante des situations ne peut se satisfaire de traitements univoques et stéréotypés. C’est dans cette perspective que l’imprévisibilité des situations peut être appréhendée, dans l’interaction entre acteurs différenciés : interdisciplinarité. Cette approche interdisciplinaire doit, par l’échange des savoirs et des compétences dont celles de la famille, faire advenir une transdisciplinarité. C’est-à-dire des savoirs partagés qui mettent en œuvre une langue commune comme nous dit J.-P. Resweber [2] de trois dimensions : herméneutique, éthique et pédagogique.

C’est à ces conditions que peut et doit se constituer l’identité des travailleurs sociaux.

Lors de ces 34es assises, le CNAEMO propose ce concept de transdisciplinarité pour interroger et mettre au travail les conditions de la constitution de cette langue commune avec les familles. La transdisciplinarité conçue pour et au service des familles, au service de la posture professionnelle, du travail en équipe, du travail en réseau et de la posture institutionnelle dans le cadre du partenariat. Nous tenterons de définir les conditions d’exercice de cette aventure collective qu’est l’AEMO dans un cadre nécessairement légitime.


PDF - 2.7 Mo
Programme détaillé Assises AEMO

Programme synthétique

** Mercredi 19 mars 2014 - Une équipe plurielle

8h30 - Accueil des congressistes
9h15 - Allocution des officiels
10h00 - Position du CNAEMO
10h15 - L’équipe : tentative de définition

11h15 - Pause

11h30 - Les conditions requises dans notre champ d’intervention

12h30 - Repas

14h00 - L’équipe et le travail collectif : un lieu d’échange, de débat ?

15h15 - Pause

15h30 - L’équipe entre isolement et solitude : le huis clos
17h00 - Assemblée générale du CNAEMO

** Jeudi 20 mars 2014 - Une équipe transdisciplinaire

9h30 - Position du CNAEMO
9h35 - Délégations régionales
10h15 - De la pluridisciplinarité à la transdisciplinarité : une question épistémologique

11h00 - Pause

11h15 - Réseau et partenariat : tentative de définition
12h00 - Et la famille dans tout cela… Partenaire ?

12h30 - Repas

14h00 - Introduction aux ateliers
14h40 - Travaux en six ateliers "tournants" : expressions de pratiques partenaires
17h00 - Clôture journée

20h30 - Soirée festive

Vendredi 21 mars 2014 - Équipe, aventure, projet

9h30 - Position du CNAEMO
9h45 - Restitution des travaux en ateliers
10h15 - Point de vue institutionnel

11h00 - Pause

11h15 - Table ronde avec des représentants institutionnels - Les systèmes locaux de protection de l’enfance

12h30 - Repas

14h00 - Intervention 1
15h00 - Intervention de clôture
16h30 - Clôture des XXXIVe assises par le Président du CNAEMO

Tarif, inscription & lieu

Tarifs
L’inscription comprend l’entrée aux assises, les 3 repas des 19 au 21 mars 2014 midi et les actes des Assises
- Adhérent inscrit avant le 31 janvier 2014 - 360 €
- Adhérent inscrit après le 31 janvier 2014 - 380 €
- Non adhérent inscrit avant le 31 janvier 2014 - 395 €
- Non adhérent inscrit après le 31 janvier 2014 - 415 €
- Étudiant, retraité inscrit avant le 31 janvier 2014 - 160 €
- Étudiant, retraité inscrit après le 31 janvier 2014 - 150 €

Soirée festive jeudi 20 mars 2014 - sur inscription, places limitées - 30 € payables avec l’inscription.

Inscription

PDF - 2.2 Mo
Bulletin d’incription AEMO

Remplir le formulaire d’inscription et joindre le règlement par chèque bancaire ou postal à l’ordre du CNAEMO

Adresse de règlement et renseignements
Secrétariat des assises
ADSEA – Service AEMO
5 avenue Léonard de Vinci
63000 Clermont-Ferrand
04 73 40 08 08
assises2014cnaemo@gmail.com

Lieu
Polydôme - Centre d’expositions et de congrès
Place du 1er Mai
63100 Clermont-Ferrand
04 73 14 41 44

[1] Nous vous renvoyons, à cet égard aux positions que nous avons prises dans nos "propositions de recommandations à destination de l’ANESM relative aux principes d’évaluation". Cf. "Protection de l’enfance. Paroles des professionnels d’action éducative en milieu ouvert et enjeux pour l’évaluation" par Bernard Eme en collaboration avec le CNAEMO. Ed L’Harmattan.

[2] "Le pari de la transdisciplinarité" Ed L’Harmattan.

L’actualité du secteur


Géolocalisation

IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne
1 rue du 11 Novembre
92123 Montrouge
Tel : 01 40 92 01 02
contact.montrouge@irts-montrouge-neuillysurmarne.eu

IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne
150 avenue Paul Vaillant Couturier
93330 Neuilly-sur-Marne
Tel : 01 49 44 67 10
contact.neuilly@irts-montrouge-neuillysurmarne.eu

Qui sommes nous

Association fondée en 1900 et déclarée le 26 juillet 1901, elle devient une Fondation reconnue d’utilité publique en 1978. En 1987, la Fondation ITSRS (Institut de travail social et de recherches sociales) est agréée en tant qu’Institut Régional du Travail Soial (IRTS). À partir de novembre 2001, l’ITSRS à Montrouge et l’ISIS à Neuilly-sur-Marne ont été réunis afin de former un seul IRTS sur deux sites regroupant au total près de 1700 étudiants.

Nos partenaires

Ile de France Unaforis

© 2009 fondation-itsrs.org, tous droits réservés