Site de Montrouge / Rapport pédagogique IRTS 2012-2013

PDF - 1.4 Mo
Rapport pédagogique IRTS 2012-2013 complet


L’actualité du site de Montrouge fut, comme toujours, organisée au rythme des événements qui organisent notre quotidien.
Après la rentrée de septembre, qui était donc la deuxième dans le cadre du partenariat avec l’Université Paris 13, et la dernière dans celui avec l’Université d’Évry, nous avons été mobilisés par la journée Portes ouvertes en novembre, puis par la Biennale du film d’action sociale en février.
Deux événements qui se sont déroulés au mieux, et que nous ne développerons pas ici, notamment parce que la Biennale du film d’action sociale est évoquée ailleurs dans ce rapport d’activité.
Par ailleurs, l’année 2013 fut celle du changement, puisqu’en avril (sécurité) et en juin (entretien), nous avons inauguré la collaboration avec de nouveaux prestataires, après que nous ayons ré-ouvert les marchés. La société sortante, SAMSIC, n’ayant pas été reconduite, nous avons accueillis les agents de sécurité de l’entreprise HALTOVOLS, et les personnels de nettoyage de SAMSIC ont été repris par la société GSF. Enfin, les travaux de rénovation du bâtiment se sont poursuivis, compte tenu notamment d’une succession de dégâts des eaux.

Les filières

** La "Prépa"

Du coté de la formation, et avant de présenter un rapport d’activité "filière", nous ferons état du développement de l’offre "prépa" puisque nous avons accueilli une promotion de 32 stagiaires, sur des parcours individualisés.

À l’origine et pour rappel, nous étions confrontés à un double problème (les échecs lors des admissions et la fréquente nécessité de remise à niveau de certains étudiants) et nous avons fait émerger un nouveau projet de formation : la "prépa".
Cette formation préparatoire aux épreuves d’admission en école de travail social s’adresse à tout public désireux de s’orienter vers les formations et les métiers du champ médico-social.
Elle a pour objectifs de :
- remettre à niveau les publics en difficulté scolaire ;
- aider au choix de la filière de formation ;
- soutenir les personnes en reconversion professionnelle vers les métiers du médico-social ;
- étayer la confiance en soi des candidats.
La prépa s’inscrit donc dans une perspective dynamique d’intégration aux formations médico-sociales.
Durant la session 2012/2013, le dispositif est conçu en 3 phases.

- La première phase, appelée semaine de sensibilisation, vise à faire découvrir les métiers et les formations au travail social, et à accompagner le stagiaire dans son orientation professionnelle et de formation. 2 semaines ont été expérimentées : 2 au 6 juillet 2012 et 1er au 5 octobre 2012.
- La deuxième phase se veut un temps de remise à niveau. Elle a été expérimentée du 25 octobre au 14 décembre 2012.
- La troisième phase constitue un temps d’approfondissement. Elle a été expérimentée du 11 janvier au 15 mars 2013.

Ces deux dernières phases sont composées de 4 modules :
- culture générale ;
- méthodologie de l’écrit ;
- techniques orales ;
- métiers et secteurs d’intervention.
Les stagiaires peuvent accéder directement à la phase 2, voire à la phase 3. Ils ne peuvent choisir qu’un, deux ou trois modules, ou prendre la totalité des quatre modules proposés.
- La session 2012/2013 a accueilli 32 stagiaires.

Les profils



Métiers exercés
Relevant du champ de l’enfance : garde d’enfants, animateur
Relevant du secteur social : assistant d’éducation, écoutant
Hors secteur social mais relevant d’une institution médico-sociale : agent de service, adjoint administratif
Hors secteur social et hors institution médico-sociale : dessinateur industriel, hôtesse d’accueil supermarché

Financement

Bilan pédagogique
- Semaines de sensibilisation Les bilans réalisés avec les stagiaires et les formateurs font apparaître un degré important de satisfaction. En sus des contenus, les points forts repérés sont la taille restreinte du groupe favorisant les échanges, son hétérogénéité enrichissant les discussions. Plus globalement, c’est la dynamique de groupe qui a été appréciée.

- Phases 2 et 3 Les phases 2 et 3 ont globalement répondu aux attentes et ont permis à la plupart des stagiaires de passer avec succès les épreuves d’admission (voir graphique plus loin). Néanmoins deux points ont attiré l’attention :
* un fort taux d’absentéisme à partir de la phase 3. La durée des phases 2 et 3 (cinq mois) est mise en cause, l’étalement dans le temps produisant un essoufflement et une inconstance dans la présence. Les après-midi réservés pour un travail personnel au centre documentaire sont très faiblement investis et semblent favoriser l’absentéisme.
* les difficultés induites par les arrivées à la carte des stagiaires. Ces arrivées successives nécessitent en permanence des réajustements de la part des formateurs, mais également des répétitions d’informations pour les stagiaires, inhibant de ce fait la dynamique de groupe.

Résultats aux épreuves d’admission



21 stagiaires sur 32 ont passé avec succès les épreuves d’admission, dont la moitié est inscrite à l’IRTS pour la rentrée de septembre 2013.

Éléments budgétaires
En fonction des éléments recueillis, la liste des factures s’établit ainsi :


Type de prestation Période Montant
Semaine sensibilisation 2 au 6 juillet 2012 2 160 €
Semaine sensibilisation 1er au 5 octobre 2012 3 150 €
Phases 2 et 3 octobre 2012 à mars 2013 25 251,55 €
Total 30 561,55 €


Perspectives 2013/2014
Un réajustement de l’organisation de la prépa a d’ores et déjà été mis en place.
- La semaine dite de sensibilisation devient la semaine d’information et d’orientation. Elle gardera son armature globale, tout en s’ouvrant à une potentielle déconnexion de la formation préparatoire proprement dite. Elle pourrait en effet faire l’objet d’un nouveau projet en direction d’un public cible de personnes en reconversion professionnelle.
La prochaine semaine aura lieu du 23 au 27 septembre 2013.
- La formation préparatoire (ex phases 2 et 3) : Elle est concentrée dans le temps et ne forme plus qu’un bloc, tout en se composant de 3 modules : écrit, oral, terrain. Un stage, obligatoire de 3 semaines, est introduit.
La prochaine session aura lieu du 21 octobre 2013 au 28 janvier 2014.

Communication / Prospection autour de la prépa
La présentation de la prépa sur le site internet de l’IRTS a été remaniée en fonction des axes ci-dessus. Le nombre de courriers adressés aux partenaires potentiels ainsi qu’à d’éventuels stagiaires est de 932, réparti ainsi :


Destinataires Nombre de courriers
Pôle emploi 187
Missions locales 128
PAIO 23
Non admis Montrouge - écrit 251
Non admis Montrouge - oral 236
Non admis Neuilly - écrit 57
Non admis Neuilly - oral 50


Une communication plus étoffée, notamment en direction des Pôles emploi et des centres d’information et d’orientation, serait intéressante à mettre en œuvre.
Enfin, la journée Portes ouvertes de janvier 2014 sera l’occasion, tout comme l’an passé, de communiquer largement autour de la prépa.

** Les formations de niveau V et IV : aide médico-psychologique, surveillant de nuit, maîtresse de maison et moniteur-éducateur

Le fonctionnement pédagogique de ces filières a été marqué, pour l’année 2012-2013 d’une certaine régularité et constance de l’activité. En effet, que ce soit pour les formations de niveau IV ou les formations de niveau V ; surveillant de nuit et maîtresse de maison, mais également aides médico-psychologiques ou moniteurs-éducateurs, les effectifs ont certes légèrement diminué, mais dans des proportions comparables à celles constatées dans d’autres établissements de formation.
De la même manière la proportionnalité entre cours d’emploi et voie directe est restée relativement stable.

Pour la période donnée, 9 surveillants de nuit et 21 maîtresses de maison ont commencé leur formation.
Parallèlement, une nouvelle promotion composée de 22 aides médico-psychologiques s‘est ouverte en décembre 2012.

En ce qui concerne la formation des moniteurs éducateurs, la promotion rentrée en septembre 2013 est composée de 33 candidats, avec une légère augmentation du nombre de candidats masculins, avec un peu moins d’un tiers des effectifs.

Effectifs moniteur-éducateur
Au 1er janvier 2013


Promotion Total Femmes Hommes
1re année (promotion 2012-2014) 33 24 9
2e année (promotion 2011-2013) 29 25 4



+ 2 étudiants avec contrat individuel de formation

Les résultats aux différents processus de certification ont été également positifs, mais dans une proportion constante par rapport aux années précédentes.
Ainsi, sur 31 moniteurs éducateurs présentés à la session de juin 2013, en compte un total de 26 candidats qui ont été admis, 21 femmes et 5 hommes.
Trois candidats ont été ajournés et deux autres candidats ne se sont pas présentés aux épreuves. Le pourcentage de réussite dans comparables à ce que l’on avait obtenu des deux dernières années.

Les surveillants de nuit et maîtresses de maison, les résultats aux épreuves de certification ont été comparables aux années précédentes. Sur 15 candidats surveillants de nuit présentés aux épreuves, il y a eu 1 échec. De la même manière, sur 16 maîtresses de maison présentées, 14 d’entre elles ont réussi leurs épreuves.

L’activité sur le plan pédagogique
Aucune modification importante n’a eu lieu pendant la période donnée sur le plan pédagogique, et ce, quelle que soit la filière concernée.

** Assistant de service social

Oscillation entre observation et découverte des métiers
La semaine d’accueil est un tremplin par rapport aux différents enseignements incontournables des métiers comme : la Découverte du champ et Histoire du secteur.
Là encore, les formateurs ont su démontrer leur implication en animant des tables rondes et en faisant venir de nombreux professionnels du terrain.
Cette première approche sur l’ensemble du champ social a servi d’introduction, facilitant ainsi l’appropriation du stage d’initiation auprès d’un assistant de service social et la confirmation du choix professionnel. Ce stage, placé cette année dès le premier trimestre, a permis une meilleure perception de la spécificité du métier.
Cette imprégnation des différents champs du social s’est prolongée notamment auprès des étudiants de 1re année, lors de la Biennale du film d’action sociale. Ce qui a été un enrichissement par les découvertes et questionnements sur des problématiques spécifiques, mais aussi par les débats/rencontres avec les réalisateurs des films.
Par la suite, le stage collectif en transversalité a permis une première approche institutionnelle et territoriale, ainsi qu’une véritable appréhension des missions des différents métiers. Les étudiants ont été sensibilisés à la notion de territoire en interaction avec les divers partenaires (du public et du privé).
Les rencontres avec les différents publics, ont été une occasion pour étudier les problématiques afférentes et les moyens mis en œuvre par les travailleurs sociaux. Ainsi, les étudiants ont pu facilement associer des savoirs théoriques en interaction avec les terrains en donnant du sens aux politiques sociales et à une implication dans la relation d’aide et dans un travail en équipe.
Ce dispositif de découverte du territoire, a suscité un vif intérêt auprès des structures accueillant les stagiaires, favorisant un partenariat avec l’IRTS. Le positionnement de ce stage en fin d’année a trouvé tout son sens pour les étudiants, comme pour les formateurs. Véritable sensibilisation sur le rôle et les missions des travailleurs sociaux et imprégnation dans la pratique professionnelle.
Cette première approche territoriale a permis de rebondir sur l’initiation à la méthodologie de la recherche (DC2), avec un travail spécifique sur l’observation et l’exploration du territoire.
L’enseignement en transversalité a été perçu comme une source d’enrichissement pour inscrire les bases des enseignements fondamentaux.

Implication professionnelle/Interaction entre théorie et empirisme
Cet ancrage a facilité l’orientation vers un travail spécifique filière, avec notamment le stage long d’implication professionnelle.
Les différents outils mis en œuvre par l’ensemble des formateurs lors des stages, (carnet de professionnalisation, tableau d’étapes marquant la progression dans les acquisitions) ont favorisé l’implication des étudiants et celle des terrains, notamment lors des rencontres avec les formateurs terrain ou visites de stage.
De ce fait, la formation s’inscrit bien dans un référentiel commun, tout en respectant les aptitudes et l’évolution de chacun.

Par ailleurs, la 2e année reste marquée par un travail sur la déconstruction des représentations, afin d’être en capacité de pouvoir approfondir une pratique et développer des compétences. Ce qui fait écho à l’implication dans la démarche de recherche (mémoire). Les différentes responsabilités assumées durant le stage confirment une appropriation de la posture professionnelle en donnant réellement du sens à la formation.
D’autre part, le choix des mentions universitaires a été une innovation dans le cursus de formation, où précédemment seule, la mention AES était au programme. Les étudiants ont su se saisir de cette opportunité de choix, tout en mettant en valeur leur intérêt dans cette orientation. Il en ressort que chaque étudiant a pu s’inscrire dans la dominante universitaire choisie. Ce qui a été une grande satisfaction pour tous, même si parfois le "rodage" avec ce nouveau dispositif a pu susciter quelques interrogations.

Implication de l’équipe dans la filière ASS
L’équipe a accueilli une nouvelle formatrice Sarah Mouton, ce qui renforce les effectifs et impulse de nouvelles dynamiques au sein de la filière.
Afin de favoriser un questionnement sur la pratique et développer un esprit réflexif, l’équipe des formateurs s’investit pour mutualiser les approches des différents domaines de compétences, en travaillant sur une approche similaire aux DC (axe méthodologie, constats, esprit d’analyse, implication dans la formation).

Le projet pédagogique sera aussi une opportunité pour mettre en valeur une ligne directionnelle du référentiel de compétences, tout en déclinant les axes spécifiques qui en découlent.
Ainsi des passerelles pourront davantage s’effectuer entre le savoir faire et savoir être, favorisant ainsi une plus grande implication dans la pratique professionnelle et son analyse.

Résultats du DEASS
Étudiants présentés 48 ; ajournés 8 (83% de réussite).
Cette année les résultats au DEASS ont été meilleurs que l’an passé.
Par ailleurs, les redoublants ont su se saisir d’une année supplémentaire pour donner plus de sens à leur pratique (2 étudiants sur 11 n’ont pas validé leur DEASS).

** Éducateur de jeunes enfants

Comme les autres filières de niveau III concernées par le partenariat avec l’Université, la filière EJE a travaillé à l’adaptation de ses pratiques et contenus à ce nouveau dispositif.

Cependant, du coté "spécifique filière", nous pouvons noter :

La mise en place de parcours individualisés pour deux redoublantes de l’IRTS, ainsi que l’accueil de deux étudiantes dans le cadre d’un partenariat pédagogique avec les centres de formation de la Martinique et de la Guadeloupe, lesquels ont aussi contribué à des échanges et une mise en réseau intéressante.
Les oraux de DC1, DC2, DC 3 ont aidé les étudiants pour le passage du diplôme. Cette option pédagogique choisie est une préparation importante qui produit des effets positifs tant, sur le plan de l’identité professionnelle que, sur les résultats au diplôme d’Etat.

Par ailleurs, comme chaque année, l’équipe a participé aux épreuves du DEEJE et de la VAE EJE en tant qu’accompagnateur ou membres du jury. En amont, des rencontres régulières à la DRJSCS avec les différentes instances ont favorisé une préparation des jurys d’examens. La responsable de la filière EJE a représenté le site de Montrouge en participant à l’organisation de la session de formation au cours de laquelle 50 jurys ont pu être formés. L’évaluation est positive et sera certainement reconduite.
La participation à la formation de formateurs terrains en partenariat avec l’ETSUP se poursuit.
Des rencontres fréquentes avec les autres centres de formation de la région parisienne ont valorisé et mutualisé nos échanges pédagogiques. Ces contacts ont renforcé nos compétences en permettant une vraie volonté de développer des projets plus ambitieux. Dans ce cadre-ci, les centres de formations ont décidé de fêter les 40 ans du métier EJE. Chacun choisira sa formule.

Pour le collectif étudiant, il est important dans la formation de mettre en place et de vivre un projet. Ce travail d’accompagnement de l’équipe autour du projet est une posture essentielle pour engager chacun, dans la formation.  

** Conseiller en économie sociale familiale

Caractéristiques du développement de l’activité
Les 15 étudiantes ont passé les épreuves écrites (juin et septembre). L’ensemble des étudiants a validé le DC3 communication professionnelle.
Les oraux se dérouleront au mois d’octobre. Les soutenances blanches ont confirmé les grandes difficultés dans lesquelles se trouvent 5 étudiantes à l’approche des épreuves. Un soutien supplémentaire a été proposé, seule une étudiante a donné suite.

Comme pour les autres filières, la recherche de stages gratifiés est extrêmement difficile.
Malgré le temps de travail fait autour des stages lors de la pré-rentée début juillet, et si le réseau de professionnels constitué permet de fidéliser certains lieux (CASVP, CG 92), cela ne suffit pas à couvrir tous les besoins. L’adhésion en cours à l’Association régionale des professionnels de l’ESF (ARPESF) sera normalement un "plus", celle-ci privilégiant les établissements inscrits pour l’obtention de stages. La responsable pédagogique des CESF sera présente à la journée organisée par l’ARPESF le samedi 12 octobre 2013 sur les 40 ans du diplôme.

La forte présence de professionnels de l’action sociale (et principalement de CESF) dans la formation est toujours reconnue dans les bilans des étudiants comme un axe fort de la formation à l’IRTS.
En effet, le réseau de vacataires permet de toujours bien inscrire la formation dans l’évolution des pratiques des CESF (interventions de CESF de la protection de l’enfance, visite d’un CHU pour femmes victimes de violences conjugales, etc.) et de proposer aux étudiants en grandes difficultés un soutien renforcé, ce qui s’avère de plus en plus nécessaire. Le nombre d’étudiants cumulant des problématiques personnelles complexes, des apprentissages défectueux (écrit), et des manques de connaissances de base étant en augmentation. La réforme du BTS ESF, en diminuant les exigences de ce diplôme a notamment diversifié les profils d’étudiants pouvant l’obtenir. La question d’une épreuve écrite lors des procédures d’admission pourrait se poser. Ainsi que celle de la mise en place d’un suivi individualisé pour l’accompagnement à l’écriture.

La semaine d’intégration en septembre est toujours très appréciée des étudiants, et elle remplie une fonction importante dans le travail de communication à faire sur cette profession toujours méconnue.

Les difficultés de recrutement qui avaient été connues en 2012, ne se sont pas reproduites.
Les réunions d’informations qui avaient été initiées à cette occasion seront reconduites. En effet, peu de personnes viennent à la journée Portes ouvertes pour se renseigner sur la troisième année. Il semblait donc plus judicieux de cibler les écoles avec des BTS ESF et de communiquer via le site sur la possibilité de se renseigner uniquement sur cette 3e année et la profession en venant à 2 réunions organisées dans l’année.

Poursuite de l’implication dans les différentes instances (jurys Arcueil, réunions Éducation nationale, France ESF, etc.)

Projets pour 2013-2014
- mise en œuvre progressive des ECTS, notamment des modalités de validation par semestre ;
- développer le pôle VAE (mettre en valeur la procédure d’accompagnement IRTS, puis se faire connaître) ;
- étudier les possibilités de transversalités entre les filières ASS et CESF (en DC4 par des travaux de groupe ; en DC2 au travers de groupe d’analyse des pratiques, etc.).

** Éducateur spécialisé

L’organisation de la formation des éducateurs spécialisés s’est déclinée pour cette année scolaire entre continuité et nouveauté. Continuité du fait qu’une bonne partie de ce qui était proposé l’année précédente a été reconduit. Certains espaces de formation sont incontournables et ne peuvent que perdurer, même si l’approche pédagogique évolue parfois dans le sens d’un souci constant d’amélioration. Nouveauté du fait que le nouveau projet pédagogique se met en place progressivement, la seconde année de formation étant particulièrement concernée pour cet exercice 2012-2013.
Continuité ou nouveauté, notre fil rouge est celui de la nécessité d’une articulation entre différents niveaux. L’équipe a conduit une réflexion pédagogique pour que ces articulations, au-delà d’être opérationnelles, prennent un sens pédagogique avec la visée d’une formation qualitative. Les étudiants de la filière sont très majoritairement en voie directe, mais il existe également les moniteurs-éducateurs, qui suivent leur formation en une année, sans oublier les étudiants en VAE.

Les principales articulations comme lignes force de notre activité
L’articulation entre enseignements propres à la filière et ceux en transversalité dispensés par l’IRTS ou l’Université Paris 13.

Un cursus unique à double validation implique de fait la nécessité de coordonner et de compléter les savoirs, ils sont de plusieurs ordres, entre l’Université et ceux propres au métier. Si tous les enseignements sont au service de l’acquisition d’un métier, celui d’éducateur spécialisé, cela demande un échange régulier et explicatif entre les différents acteurs. Se pose la question de la coordination entre IRTS et Université.
Cette coordination a été fructueuse avec certaines mentions universitaires, moins dans d’autres. Cependant et d’une façon générale, cela a demandé un investissement important pour les formateurs de l’équipe : réunions, discussions autour des contenus, mise en œuvre, ajustements, organisation des partiels. D’autant plus que l’articulation IRTS et Université se superpose à l’articulation pour une transversalité au sein même de l’IRTS entre les différentes formations de niveau III. Le travail de réflexion à ce sujet en fin d’année a permis l’élaboration de documents de travail et surtout de repérage qui devraient être facilitateurs pour l’avenir.
Reste que le balisage du cadre de la formation a eu des effets chronophages cette année au détriment de temps plus créatifs à un niveau pédagogique.

L’articulation entre les enseignements à l’IRTS et les pratiques de terrain
Les enseignements académiques, TD et ateliers sont animés par les formateurs de l’IRTS, les enseignants de l’Université Paris 13 et des formateurs vacataires. Les apports sont conséquents, encore doivent-ils être adaptés aux nécessités de terrain sans pour autant coller aux besoins des institutions. La réflexion pédagogique en équipe a conduit vers une réflexion pour penser la formation entre prise en compte des réalités de terrain et ouverture intellectuelle. Façon de proposer une intelligence de la rencontre dans une compréhension de l’environnement. Comment l’éducateur, grâce aux divers enseignements, pourra trouver une marge de manœuvre entre contexte parfois trop standardisé et qualité de la relation avec les personnes accompagnées ?
Dans cette démarche, certaines matières ont été renforcées, à l’image des politiques sociales ou de la mise en place d’un séminaire "normal et pathologique" pour approfondir les cours à ce sujet.
Pour les mêmes raisons, nous avons reconduit en 1re année le stage collectif. Six étudiants par groupe (éducateurs spécialisés, éducateurs de jeunes enfants, assistants de service social) pour explorer le territoire et le champ du partenariat. L’approche théorique de ces questions est mise à l’épreuve avec la réalité du terrain.
Le stage possible en troisième année à l’étranger a concerné quelques étudiants volontaires et a demandé un suivi particulier et conciliable avec les obligations liées au diplôme d’État.
Dans le même esprit de l’articulation IRTS et terrain, nous avons organisé des rencontres entre formateurs de l’équipe et formateurs terrain pour réfléchir ensemble sur l’accompagnement des stagiaires. Nous constatons que la formule proposée a atteint ses limites. Les terrains, ayant maintenant intégrés la dernière réforme du diplôme d’État, ressentent moins le besoin d’échanges "techniques" sur l’accompagnement des stagiaires. Nous pensons une proposition pour l’année à venir sous forme de séminaires.

L’articulation entre l’accompagnement collectif et l’accompagnement individuel
Les temps de formation sont organisés entre enseignements, espaces de réflexion collectifs et accompagnement individuel des étudiants. Le paradigme de cette articulation en est le groupe d’évaluation pédagogique - GEP. Nous avons confirmé l’expérience de l’année précédente en instituant systématiquement un temps en promotion, puis un temps en petit groupe. Par la suite des plages de temps sont programmées dans les plannings pour des rencontres individuelles.
L’équipe, persuadée que le collectif fait formation au regard de compétences propres au métier, propose des temps de travail en groupe autour de thématiques comme par exemple la découverte du champ de l’éducation spécialisée en 1re année. C’est à partir d’un exercice qui n’est pas sans rappeler le travail d’équipe en institution, qu’il est parfois nécessaire de s’appuyer pour un accompagnement individuel de l’étudiant.
Cette façon de procéder est une option pédagogique de l’équipe. Nous souhaitons former des éducateurs qui, au-delà de valeurs communes, ont des façons singulières pour aider l’autre en difficulté.
Pour des raisons tenant à la diversification des parcours, une individualisation de ces derniers est en nette progression. Échecs partiels au diplôme d’État, validation des acquis par l’expérience - VAE, formation sur quatre années, demandes de suspension pour raisons diverses, complément de formation pour des personnes déjà diplômées en travail social, atelier d’aide à l’écriture, allègements, dispenses… nous incitent à affiner nos propositions d’accompagnement.

L’articulation entre apports de formation au sein de l’IRTS et apports extérieurs
La formation en alternance implique par définition un extérieur à l’IRTS. Cet extérieur est représenté en grande partie par les terrains où l’étudiant s’exerce à la pratique éducative, source d’acquisition de nouveaux savoirs. Mais cet extérieur est aussi la participation de certains étudiants à des séminaires, conférences, séquences de formations ponctuelles proposées par les institutions. Sans oublier le déroulement d’ateliers de médiations créatives hors les murs de l’IRTS, la visite d’un lieu historique concernant l’enfance en justice, la visite d’un territoire avec la promotion des moniteurs éducateurs en formation éducateurs spécialisés en un an, ainsi que la Biennale du film d’action sociale.
La mise en commun de ces différents savoirs, parfois complémentaires mais parfois aussi apparemment contradictoires, demande à penser dans des espaces d’élaboration. Pour ce, nous continuons l’animation des groupes à petits effectifs comme les groupes d’analyse des pratiques – GAP –, du travail en équipe, du travail en partenariat. Nous avons fait appel à des formateurs vacataires par nécessité au vu des effectifs, mais aussi par souci d’introduire de l’extérieur à l’IRTS.

L’articulation entre les domaines de formation et les domaines de compétence
Un de nos objectifs et non des moindres est la préparation des étudiants au passage du diplôme d’État. Dans le contexte morose socio-économique actuel de réussite à tout prix, le risque est de se fixer sur la validation des différentes certifications. Nous pensons que la formation va au-delà de cette préparation et que la question posée est celle de former des futurs professionnels prêts à affronter le terrain avec toute sa complexité.
L’équipe a commencé à réfléchir à ce sujet : réflexion qui se poursuivra avec la réflexion déjà amorcée en fin d’année et devant conduire à l’écriture du projet pédagogique de la filière et de l’IRTS. Ne plus penser "compétences" pour construire la formation, mais penser la formation avec ce que l’on pense de la nécessité pour être un "bon" professionnel, ce qui conduira naturellement à l’acquisition des compétences. Ce renversement nous mènera certainement dans un proche avenir à un déplacement de nos pratiques et propositions pédagogiques de formation. Il est à noter que les rencontres inter-centres de formation, qui avaient pour raison première l’amélioration des épreuves, se sont orientées cette année vers une réflexion plus globale sur nos pratiques pédagogiques.

Ce travail sur les différentes articulations évoquées ci-dessus a demandé un effort important de coordination à différents niveaux : entre nous à l’interne, avec l’Université et les vacataires. De plus en plus absorbés par l’organisation matérielle de la formation, nous avons eu parfois le sentiment de manquer de temps pour réfléchir l’innovation pédagogique.
C’est à partir de ce constat que nous abordons la nouvelle année scolaire.

La VAE - Assistant de service social, éducateurs de jeunes enfants et éducateurs spécialisés

Un "service VAE" reconnu qui tend à se développer
L’année scolaire 2012-2013 a été une année importante.
En effet, la VAE ASS, EJE et ES qui apparaissait jusque-là, comme une activité en marge des formations initiales de niveau III, a été repositionnée comme une des voies d’accès pour l’obtention des diplômes d’État. Par conséquent, la VAE est devenue partie intégrante des missions dévolues à chaque filière, même si l’organisation générale est assurée par la responsable des formations de niveau III avec un temps de secrétariat spécifique.
Cette nouvelle orientation a amené progressivement les formateurs de chaque filière à s’impliquer davantage dans ce dispositif.

La visibilité du travail lié aux demandes d’accompagnement des candidats VAE a été un autre chantier mené cette année : évaluer le nombre d’appels, de devis réalisés, d’accompagnements VAE, d’arrêts ou de suspensions en cours d’accompagnement, connaître le taux de réussite à l’obtention du diplôme...
Pour cela des outils d’évaluation ont été élaborés, des réunions avec les formateurs accompagnateurs et des réunions avec les candidats après leur passage devant le jury ont été mises en place.

L’existence d’un service VAE à l’IRTS génère de nombreux appels qui se révèlent être assez souvent des demandes d’informations et de conseils sur l’orientation possible en fonction du parcours professionnel et des qualifications des personnes qui téléphonent. Le temps consacré à répondre à ces demandes a des effets positifs sur l’image de l’IRTS à l’extérieur et débouche aussi sur des entrées en formation (formation post jury VAE, formation ES en un an, par exemple) ou sur des accompagnements VAE quelques années plus tard. C’est parfois le temps nécessaire pour convaincre un employeur et trouver des financements.
C’est aussi en prenant en compte les demandes fréquentes de candidats qui n’ont pas validé la totalité des domaines de compétences lors de leur passage devant un jury VAE (qu’ils aient bénéficié ou pas d’un accompagnement, à l’IRTS ou ailleurs), que nous avons proposé dès cette année, de l’accompagnement partiel VAE, i.e. un accompagnement destiné à des candidats ayant déjà été confrontés à un jury de VAE.
En parallèle, cela implique de poursuivre et d’amplifier la diversification et l’individualisation des parcours possibles au sein de l’IRTS.
La publicité pour faire connaître ce que nous proposons est d’ailleurs à améliorer et sera un axe de travail en 2013-2014.

Accompagnements VAE
Les chiffres pour l’année 2012-2013 sont à prendre avec précaution, compte tenu du point développé ci-dessus.
6 formateurs, intervenants extérieurs, ont effectué :
- 7 accompagnements ASS
- 34 accompagnements ES (dont 1 partiel)
- 3 accompagnements EJE

Taux de réussite
Comme dit plus haut, la connaissance des résultats des candidats accompagnés par l’IRTS n’était que très partielle jusqu’à cette année.
De ce fait, les chiffres connus ne concernent que la session qui a eu lieu en mars 2013 pour les ES :
- sur 15 candidats accompagnés, 3 n’ont pas communiqué leurs résultats
- sur les 12 candidats dont nous avons eu les résultats, 7 ont tout validé, 2 ont validé 3 DC, 1 a validé 2 DC, 1 a validé 1 DC, 1 n’a rien validé ; soit un taux de réussite au DE de 58,33%

Pour les ASS accompagnées cette année, le jury aura lieu en janvier 2014.
Pour les EJE accompagnées cette année, le jury a eu lieu en octobre 2013.
Pour les ES qui bénéficient de 2 sessions par an, la 2e session aura lieu en novembre 2013.

Perspectives 2013-2014
Pour le dernier trimestre de l’année 2013, on dénombre déjà 10 candidats qui bénéficient d’un accompagnement ES.
Par ailleurs, 30 personnes ont eu un devis et sont dans l’attente d’un accord de financement (21 ES, 5 ASS, 4 EJE).

Sollicité par l’entreprise People and Baby, l’accompagnement de 10 candidats VAE EJE va commencer en janvier 2014. Des temps d’accompagnements complémentaires pour soutenir le travail de réalisation du livret 2 s’est mis en place dès le mois de septembre 2013. Il s’agit de rendez-vous individuels, de temps d’analyse de la pratique, du renforcement de connaissances sur des thèmes clé pour des EJE, d’un soutien individualisé à l’écriture du livret 2.
Une information/formation des responsables des structures dans lesquelles travaillent ces candidates est également prévue prochainement.

Nous réfléchissons également au développement d’une véritable activité d’aide et de conseil pour des personnes qui sont en difficulté quant à la meilleure voie à prendre pour l’obtention d’une nouvelle qualification. Les modalités de certification par domaines de compétences, les dispenses et allègements prévus dans les nouveaux diplômes et les parcours de plus en plus diversifiés des professionnels du secteur ont rendu plus complexe la lisibilité des possibilités d’acquisition d’un nouveau diplôme.

Des réunions à l’interne avec les formateurs souhaitant s’investir dans les entretiens de positionnement et les pré-soutenances des candidats vont se mettre en place au cours de cette année scolaire. Il s’agit aussi, par _ un travail de réflexion en équipe, d’améliorer la qualité de nos interventions. Dans la même perspective, on va poursuivre et généraliser pour les trois diplômes, les réunions avec les candidats après l’obtention de leurs résultats et les réunions avec les formateurs accompagnateurs.

Les Formations sur site

Nous avons mis en place cette année 19 actions de formation ou d’accompagnement d’équipes professionnelles sur site, pour un chiffre d’affaire d’environ 70 K€. (cf. tableau ci-dessous).
Ces actions ont pour partie été réalisées en interne (Olivier Huet, Luis Morales, Hervé Morandeau et Marc Prudhomme) ; nous en avons confiées d’autres, pour tout ou partie, à des formateurs occasionnels.

Enfin, il est à noter que nous avons des partenaires privilégiés, qui font appel à nous sur du long terme : l’ESAT Marsoulan à Montreuil, pour lequel nous organisons plusieurs actions par an et le pôle ESAT de l’APF Nord-Pas de Calais/Picardie, qui nous a confié son plan de formation sur trois années.


Lieux Intitulés
Foyer APF Les Myosotis Analyse des pratiques pour l’équipe éducative
Centre d’accueil Saint-Vincent L’adolescent maltraité en situation de placement
Foyer Desjardins Quotidien et situations de violence
Ferme de Sorel Professionnalisation des pratiques
IME La Ravinière Galei L’éducateur le quotidien et la relation éducative
ESAT APF L’inclusion
Accompagnement de projet et gestion de l’activité commerciale
ESAT Henri Marsoulan Sensibilisation aux différentes problématiques
ESAT APF Accompagnement de projet et gestion de l’activité commerciale
Association d’éducation spécialisée Convention de prestation de service
IME Les Vallées Accompagnement d’équipe
La sanction
Le Foyer les Bruyères Bientraitance
ESAT APF Le projet personnalisé : fondement, accompagnement de l’usager et animation de l’équipement
Association Passeraile Travail en équipe - Réflexion autour des notions de groupe
ESAT APF L’entretien annuel d’évaluation : se doter d’outils objectifs pour évaluer et accompagner l’évolution professionnelle des salariés
Le projet personnalisé : l’entretien avec l’usager
ESAT Henri Marsoulan Les écrits professionnels
Centre d’accueil Saint Vincent de Paul L’adolescent maltraité en situation de placement


Les collègues qui nous ont quittés ou rejoints

Arrivées


03/09/2012 Hervé Morandeau
03/09/2012 Sarah Mouton
07/01/2013 Marie-Sabine Célestin
07/01/2013 Norbert Tossou
04/02/2013 Marielle Olivier
26/08/2013 Abdel Belbouche


Départs


30/11/2012 Ali Larbi
31/12/2012 Elisabeth Callu
31/12/2012 Yolande Friszer
31/01/2013 Yves Haddadi
05/07/2013 Marielle Olivier


Rapport d’activité réalisé par Olivier Huet, Directeur du site de Montrouge.
A partir des contributions de l’ensemble des responsables de filière.

** Ensemble du rapport pédagogique IRTS 2012-2013

Voir la partie Introduction d’Hervé Létang, directeur général
Voir la partie Réforme des études de niveau III et le partenariat avec l’Université Paris 13
Voir la partie Études et recherche
Voir la partie Les formations supérieures
Voir la partie Biennale du film d’action sociale
Voir la partie Rapport pédagogique Neuilly-sur-Marne

Rapports d’activités et pédagogiques


Géolocalisation

IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne
1 rue du 11 Novembre
92123 Montrouge
Tel : 01 40 92 01 02
contact.montrouge@irts-montrouge-neuillysurmarne.eu

IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne
150 avenue Paul Vaillant Couturier
93330 Neuilly-sur-Marne
Tel : 01 49 44 67 10
contact.neuilly@irts-montrouge-neuillysurmarne.eu

Qui sommes nous

Association fondée en 1900 et déclarée le 26 juillet 1901, elle devient une Fondation reconnue d’utilité publique en 1978. En 1987, la Fondation ITSRS (Institut de travail social et de recherches sociales) est agréée en tant qu’Institut Régional du Travail Soial (IRTS). À partir de novembre 2001, l’ITSRS à Montrouge et l’ISIS à Neuilly-sur-Marne ont été réunis afin de former un seul IRTS sur deux sites regroupant au total près de 1700 étudiants.

Nos partenaires

Ile de France Unaforis

© 2009 fondation-itsrs.org, tous droits réservés