Journée d’étude PREFAS GRIF - Recherches sur les transformations du travail social - Perspectives internationales francophones

Le PREFAS GRIF organise une journée d’étude Recherches sur les transformations du travail social - Perspectives internationales francophones le mardi 3 novembre 2015 à l’ETSUP - Paris 14e.

Cette journée d’étude est placée sous un double objectif :
- le premier consiste à dresser un état des lieux des transformations opérées dans le secteur du travail social et de ses formations dans quelques pays de la francophonie dans une perspective internationale (Suisse, Belgique, Québec, France)
- le second vise à présenter les travaux de recherche menés dans le cadre du GRIF, témoignant de quelques enjeux des transformations en cours dans le champ.

Présentation

PDF - 486.1 ko
Programme

Le travail social connait de profondes mutations depuis les années 1980 marquées par une crise économique qui s’installe durablement et qui pose la question sociale sous un autre jour. Celle-ci se complexifie et fait resurgir de nouvelles catégories de population jusqu’alors inconnues des services sociaux et médico-sociaux.

Les phénomènes de précarité et de vulnérabilité s’accentuent et prennent de nouveaux visages tant face à la crise structurelle qui s’installe que des mutations sociétales plus profondes liées aux transformations technologiques, et des rapports sociaux dans différents espaces qu’ils soient collectifs ou privés. Les réponses publiques se transforment parallèlement amenant son lot de nouveaux dispositifs articulés à une législation en constante adaptation aux nouvelles configurations sociales. Parallèlement, l’organisation administrative et politique se recompose à l’échelle territoriale des niveaux locaux de décision. Dans ce contexte de transformations à l’œuvre, le travail social nécessite de repenser son action jusqu’alors jugée trop traditionnelle par les instances de tutelle et les employeurs principaux afin d’envisager de nouvelles formes d’intervention dont il est attendu plus d’efficacité quant à la réponse publique apportée aux problématiques sociales collectives rencontrées - plus partenariale et de réseau ; relevant d’approches plus centrées sur les dispositifs ; intégrant l’évaluation continue et la qualité du service rendu ; adoptant des perspectives plus quantitativistes et par résultats.

Le champ de la formation du secteur social est plus particulièrement visé afin de préparer les futurs travailleurs sociaux de demain à ces transformations d’envergure et notamment aux nouvelles questions sociales dans un contexte de crise durable qui accentue et massifie la demande.

Le contexte international du secteur social et de sa formation se transforme parallèlement et connaît des réorganisations notamment par l’introduction de réformes d’ampleur qui visent à définir et à normaliser, par des référentiels professionnels et de compétences, les activités des travailleurs sociaux depuis les années 2000. Ces réformes sont introduites de façon quasi systématique dans nombre de pays francophones.

Programme

8h30 –Accueil

9h – Ouverture
Chantal Goyau, présidente du GRIF et Brigitte Bouquet, présidente du CS

9h30 – Conférence - De quelques transformations du travail social en France et dans les pays francophones
Marc Fourdrignier, sociologue, Centre d’Etudes et de recherche sur les Emplois et les Professionnalisations (CEREP) Université de Reims Champagne-Ardenne. Responsable scientifique du PREFAS CA

_ Partant de l’analyse des transformations du travail social en France, l’intervention visera à les mettre en perspective au regard de la situation dans les autres pays francophones, sans pour autant se livrer à un travail strict de comparaison
A partir de l’ouvrage Dynamiques du travail social en pays francophones (2014), co-dirigé par Marc Fourdrignier, Yvette Molina et Françoise Tschopp. Ouvrage issu d’un colloque à Montréal en 2012 co-organisé par le GRIF et publication soutenue par le GRIF aux éditions suisses IES.

10h30 – Pause

10h45 – Table ronde - La situation du travail social et de ses formations dans trois pays francophones Travail social au Québec- évolution ou régression
Louise Carignan, professeure au département des sciences humaines et sociales de l’Université du Québec à Chicoutimi, au Québec. Directrice à l’Unité d’enseignement en travail social à l’UQAC - vice-présidente à la Commission de l’agrément et évaluatrice des programmes en travail social à l’Association canadienne pour la formation en travail social.

Le travail social est un éclectisme en oscillation né d’un croisement d’activités philanthropiques, de bienfaisance, de pratiques altruistes et une volonté d’action sociale, de lutte contre la pauvreté et l’injustice sociale. La mondialisation des biens et des services et le virage néolibéral actuel, impactent-ils le devenir du travail social, par ricochet les activités professionnelles des travailleurs sociaux ? Tous ces changements sociaux et politiques ont fragilisé les tissus sociaux et ont donné naissance à de nombreux problèmes sociaux par le fait même cela a transformé la pratique et les exigences du travail social. Aujourd’hui, le travail social n’est vraiment plus une forme de philanthropie appliquée, une vocation mais une discipline scientifique qui se base sur des connaissances, des processus et des méthodologies spécifiques et validées par l’expérimentation et la recherche. C’est aussi une profession reconnue et légitimée exigeant des compétences professionnelles et interpersonnelles distinctes et singulières. Au fil du temps, le travail social a pris appui non seulement sur les savoirs d’expérience, mais sur les recherches scientifiques afin de baser les interventions sur des données probantes. Au nom de cette identité et de cette spécificité, on cherche à légiférer le travail social et à lui prescrire un référentiel de compétences pour enclaver les agirs des professionnels, pour homogénéiser les pratiques, cela ne pourrait-il pas contribuer à une déprofessionnalisation du travail social, est-ce une régression plutôt qu’une évolution ?

La réforme suisse des systèmes de formations en Travail social ; opportunités et défis
Françoise Tschopp, ancienne professeure et responsable du centre de formation continue de la Haute école de travail social de Genève. Superviseure et intervenante dans les équipes et les organisations, présidente de l’Association Astural – actions éducatives et pédago-thérapeutiques – vice présidente de l’Association internationale pour la formation, la recherche et l’intervention sociale (AIFRIS)

La mise en place en Suisse des hautes écoles spécialisées (HES) – les universités des métiers à la fin du siècle dernier et la reconfiguration de l’ensemble des systèmes de formation ont des effets sur les politiques et les pratiques professionnelles. Quels en sont les enjeux et les perspectives pour les différents acteurs autant ceux provenant de la formation, de la recherche et des terrains professionnels ? Quels enseignements pouvons-nous retirer de ces transformations ? Quels sont les défis que doivent relever les différents partenaires pour que le Travail social soit reconnu à sa juste valeur dans une période où il s’agit de répondre à des besoins plus aigus avec des ressources en diminution.

Les nouvelles configurations des métiers du social- formation et professionnalisation en Belgique
Mejed Hamzaoui, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles Président de la filière Master en sciences du travail.

Abordant la question de nouvelles configurations des métiers du social en Belgique, trois points essentiels qui structurent notre intervention. De quel social en gestation parlons-nous ? Comment l’uniformisation des pratiques professionnelles et de formation s’est-telle imposée comme référentiel incontournable de l’intervention sociale ? Quelles sont les effets structurants de cette configuration ?

Animation - Anne Petiau, chargée de recherche IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne, GRIF, LISE

12h30 – Déjeuner libre

14h – Quelques enjeux des transformations en cours dans le champ de la formation - Présentation de trois recherches du GRIF

L’enquête candidats à l’entrée en formation sociale en Ile de France
Yvette Molina, responsable de formation à l’Institut de Formation sociale des Yvelines, sociologue, chercheuse associée au Centre Maurice Halbwachs/équipe Professions, Réseaux, Organisations (CNRS-EHESS-ENS)

La contribution présente quelques résultats significatifs d’une recherche sur la base d’une enquête quantitative –1 269 répondants – et une enquête qualitative de type biographique, portant sur les candidats se présentant aux épreuves de sélection pour l’accès aux formations sociales – ASS, CESF, ES – en Ile-de-France. Deux axes sont privilégiés. Le premier expose comment se construit le projet des candidats souhaitant intégrer les formations sociales sous l’angle de leurs motivations et du sens donné aux études pour leur projet professionnel. Le second aborde les stratégies développées par les candidats afin d’accéder à la formation sociale souhaitée face aux épreuves de sélection.

Programme Que vont-ils devenir ?
Danièle Lefebvre, chargée de mission Préfas-GRIF

La socialisation professionnelle des ASS en France et au Québec
- Alain Bonnami, responsable de projet/CAFERUIS à l’EFPP et membre du conseil scientifique du GRIF
- Marie Pascale Milon, formatrice Coordinatrice de la Formation Continue, préparation et VAE à l’EPSS, membre du conseil scientifique du GRIF
- John Ward, responsable de l’alternance à IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne. Chercheur associé, laboratoire Pléiades Université Paris 13 SPC

L’intervention présentera les premiers résultats d’une recherche conduite en Ile de France et au Québec sur l’évolution de la socialisation professionnelle des travailleurs sociaux. Trois variables sont pris de compte - les effets générationnels, les réformes des formations et la nouvelle gestion publique.

Animation - Philippe Lyet - responsable du centre de recherche de l’Etsup, membre du conseil scientifique du GRIF

16h – Clôture
Brigitte Bouquet, présidente du CS GRIF

Lieu

ETSUP
8 Villa du Parc de Montsouris
75014 Paris

RER B - Cité Universitaire Tram 3a - Montsouris

Inscription

Entrée libre avec inscription en ligne obligatoire.

Je souhaite m’inscrire en ligne

L’actualité du secteur


Géolocalisation

IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne
1 rue du 11 Novembre
92123 Montrouge
Tel : 01 40 92 01 02
contact.montrouge@irts-montrouge-neuillysurmarne.eu

IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne
150 avenue Paul Vaillant Couturier
93330 Neuilly-sur-Marne
Tel : 01 49 44 67 10
contact.neuilly@irts-montrouge-neuillysurmarne.eu

Qui sommes nous

Association fondée en 1900 et déclarée le 26 juillet 1901, elle devient une Fondation reconnue d’utilité publique en 1978. En 1987, la Fondation ITSRS (Institut de travail social et de recherches sociales) est agréée en tant qu’Institut Régional du Travail Soial (IRTS). À partir de novembre 2001, l’ITSRS à Montrouge et l’ISIS à Neuilly-sur-Marne ont été réunis afin de former un seul IRTS sur deux sites regroupant au total près de 1700 étudiants.

Nos partenaires

Ile de France Unaforis

© 2009 fondation-itsrs.org, tous droits réservés