La rentrée des étudiants - septembre 2014

Pique-nique de rentrée - IRTS Site de Montrouge 2014Ce sont les étudiants de 1re année des filières assistant de service social, éducateur de jeunes enfants et éducateur spécialisé qui sont rentrés les premiers, le lundi 1er septembre 2014 ; et cela, sur les 2 sites de l’IRTS. Dans la même semaine, ce furent les 2es et 3es années des mêmes filières et les étudiants conseiller en économie sociale familiale.

Plus tard, vers la mi septembre, ont été accueillis les 1res années moniteur-éducateur et les étudiants éducateur technique spécialisé. Ce sont les étudiants moniteur d’atelier qui ont clôturé ce mois des rentrées, le lundi 29 septembre 2014.

Photos - ©Marie Christine Girod – IRTS 2014

Les impressions de 2 étudiantes

Véronique Malard et Dounia Socrate, étudiantes – filière assistant de service social – IRTS Véronique Malard et Dounia Socrate, sont étudiantes – filière assistant de service social – en 1re année à l’IRTS – site de Neuilly-sur-Marne. Elles sont très différentes, elles reflètent bien la diversité des étudiants à l’IRTS. Elles vont échanger entre elles avec naturel, compléter ce que dit l’autre... Elles donnent leurs impressions, leurs visions de la formation, un petit morceau de leurs vies...

2 semaines après la rentrée, retour sur le premier jour

Dounia Socrate
J’ai 20 ans. Je viens de Nantes. J’habite à la résidence des étudiants donc j’ai franchi la grille dimanche. C’était un peu bizarre, déposer mes affaires, être loin de ma famille, être seule. C’est une autre vie qui va commencer... après on se fait vite des amis, des connaissances.

Véronique Malard
Ce que j’ai aimé quand je suis arrivée c’est l’ambiance. C’est une petite structure, avec la campagne, un beau parc et c’est agréable. Le jour de la rentrée, il faisait beau et ça aide, je me suis sentie bien. J’ai bien aimé cette 1re journée même si on était nombreux et qu’on pouvait être un peu perdu.
Il y avait dans le choix de disposer des chaises en arrondi, quelque chose de convivial. J’ai tout de suite eu la chance de rencontrer des gens sympathiques, de partager et ça continue. Je trouve que la promotion s’entend bien. Ça c’est important.

Dounia Socrate
On était en amphi, il était plein, on était 180... avec tous les intervenants, les formateurs qui arrivaient... C’était impressionnant et et à la fois excitant. On découvre les personnes avec qui on va avoir cours, les autres étudiants. C’était un peu fatiguant et j’avais hâte de commencer les cours.

[Découvrir la suite des échanges entre Véronique Malard et Dounia Socrate]

La perception de la formation

Véronique Malard
Aujourd’hui, je sais que pendant la formation il y a du travail à fournir. C’est vrai que je suis un peu perdue pour savoir ce qu’on doit retenir, pas retenir... Il y a quand même du stress mais comme il y a une bonne ambiance, on s’accroche et ça passe...
Je vois ce qu’on va faire cette année, on a deux stages à faire, des cours magistraux, des TD...

Dounia Socrate
On sait ce qui va arriver durant l’année. Mais par contre voir plus loin sur la 2e et 3e année, ça me semble encore un petit peu loin. On a 3 ans, ça paraît long, mais après je relativise les choses, il a pire, ceux qui font un, Master, un Doctorat... Je préfère me dire que la 1re année est la 1re étape et la valider. Un pas après l’autre...

Véronique Malard
On a besoin de ces trois ans, on a besoin de connaître le vocabulaire, de comprendre ce qu’on va faire... C’est une formation qui est pluridisciplinaire parce qu’il y a un peu de social, un peu de psycho, un peu de… il faut le temps qu’on assimile tout ça. Et puis une expérience concrète sur le terrain et ça, je trouve ça bien…

Dounia Socrate
On est 32 étudiantes dans la filière assistant de service social, il y a un seul garçon. Je trouve ça dommage. Je pense qu’il devrait y en avoir plus. Ça apporte un petit plus, un autre regard, une autre vision... ça fait du bien de ne pas être qu’entre filles.

Véronique Malard
Ce qui est intéressant aussi dans cette formation, c’est qu’on est souvent mélangés avec les éducateurs spécialisés et les éducateurs de jeunes enfants. Il y a plus de garçons et ça nous permet aussi de souffler un peu.

Le choix professionnel, le choix d’une école

Dounia Socrate
Avant d’arriver à l’IRTS j’étais en classe préparatoire pour préparer les concours ASS et puis je travaillais à côté, beaucoup de petits boulots : aide médico-psychologique, conseillère vendeuse, agent de propreté et puis baby-sitter. J’avais l’école, les concours à payer, l’hôtel quelques fois, les transports... J’avais aussi besoin d’argent pour m’acheter mes propres affaires et pas toujours demander à maman... je préférais me débrouiller, mettre de l’argent de côté, pour la suite en venant ici, à Paris.
J’ai un BAC Sciences et technologies de la gestion, option marketing. Mais je faisais aussi du sport à haut niveau, de la gymnastique. J’ai pensé devenir professionnel du sport... et puis c’est bouché un peu le STAPS. Je faisais beaucoup de bénévolat depuis longtemps et ça se poursuit toujours. j’ai pu avoir des entretiens avec des assistantes sociales, j’ai su que c’était ça que je voulais faire, j’avais les yeux qui brillaient...
Ça ne me pose pas de souci de remplir les papiers ou d’aider les gens les plus démunis, faire valoir leurs droits… Certes, on voit beaucoup de théories, on entend beaucoup de choses mais de voir les choses en face ça n’a rien à voir. Et il faut voir pour bien comprendre.

Véronique Malard
J’ai 47 ans. J’ai fait une reconversion et un bilan professionnel qui m’a fait réfléchir. J’ai travaillé 25 ans dans un cabinet d’expertise comptable agricole. J’aidais les agriculteurs à se saisir d’un logiciel pour pouvoir faire leur déclaration fiscale, les revenus... Et puis tout s’informatisait et c’est vrai qu’avec cette dématérialisation, je ne voyais plus mes clients. Je ne me sentais plus bien au travail et je voulais en changer. Je voulais retrouver le contact avec des personnes.
J’habite à Gagny, c’est tout près d’ici, j’aime la campagne... le lieu que je vais choisir en tant qu’assistante sociale sera peut-être en territoire rural...

Dounia Socrate
En prépa, on nous donnait des chiffres sur toutes les écoles, les concours à passer... J’ai été admise dans 2 écoles à Paris.
J’ai choisi l’IRTS. J’ai eu un petit coup de cœur dans le sens où il y a le double cursus. Ça nous permettait d’avoir deux diplômes, et pourquoi pas par la suite poursuivre avec un Master.
Dans le site Internet de l’IRTS, il y avait pas mal d’informations. Il était bien fait sur les stages, les formations, les cours, la direction, les petites interviews d’élèves... J’ai même imprimé pour lire tout ça dans le train.

Et pour terminer...

Véronique Malard
Je fais certainement partie des plus âgées. J’ai deux enfants de 17 et 20 ans. Ça fait du bien d’être avec des jeunes. J’avais un peu peur de ça... Mais j’’ai une expérience de vie, on se complète… je me sens bien avec eux. Je les comprends...

Dounia Socrate
En gros, c’est comme si c’était ma maman…

Photo - ©Véronique Malard et Dounia Socrate – 2014

L’accueil des 1res années sur le site de Neuilly-sur-Marne

Dans l’amphi Georges Heuyer à 9h30, le lundi 1er septembre 2014, ils étaient 180 étudiants - assistant de service social, éducateur de jeunes enfants et éducateur spécialisé - disposés en demi cercle, face à la tribune où leurs interlocuteurs allaient se succéder au cours de la journée.
Dans la salle, avec les étudiants, les formateurs, documentalistes, assistantes pédagogiques et l’équipe de la logistique.

** 1re partie - L’accueil versant IRTS

Intervention d’Hugues Dublineau, Président de la Fondation ITSRS
La fondation et ses valeurs

Intervention d’Hervé Létang, directeur général de l’IRTS
L’IRTS et ses 2 sites, importance dans le secteur de la formation, les valeurs du travail social

Intervention de Brigitte Derelle, directrice du site de Neuilly-sur-Marne
La vie de l’étudiant à Neuilly, être acteur de sa formation

Brigitte Derelle, directrice du site de Neuilly-sur-MarneJe suis heureuse en tant que directrice de ce site de vous accueillir aujourd’hui, chers étudiants futurs assistants de service social, éducateurs spécialisés, éducateurs de jeunes enfants, tous réunis dans cette salle. Je suis heureuse d’animer la journée de votre accueil sur le site de Neuilly-sur-Marne, l’école du travail social que vous avez choisie.

Toute l’équipe s’est mobilisée aujourd’hui pour vous accueillir.
Pendant toute la journée, nous allons nous présenter à vous, petit à petit, pour vous permettre de commencer à nous connaître. Nous avons structuré la journée pour que ce soir, vous repartiez avec déjà une idée précise du cadre et de l’environnement dans lequel vous allez vous former, et pour que vous perceviez déjà la place et le rôle que vous allez avoir dans votre formation.

Merci Monsieur le Président, Merci Monsieur le directeur général pour votre présence à l’accueil de nos étudiants de 1e année. Vous signifiez par cette attention particulière, l’importance que nous accordons à ce moment de rencontre, de 1re rencontre avec nos étudiants, qui marque le chemin que nous allons faire ensemble pendant 3 ans.

En tant que directrice, je suis particulièrement sensible à vos propos car si nous sommes ensemble aujourd’hui, à quelque titre que ce soit, ici et maintenant, c’est parce que nous partageons – ou nous allons partager – les valeurs humanistes et sociales que vous nous avez présentées comme la raison d’être de cette école.
A nous – équipes : pédagogique, administrative et technique, avec les étudiants, avec les professionnels de terrain, avec toutes les parties prenantes de notre institution – de les faire vivre au quotidien.
C’est cet esprit de valorisation des personnes, de respect mutuel et d’attention aux autres qui guide notre action et qui confère tant d’intérêt à notre travail.

[Découvrir la suite de l’intervention de Brigitte Derelle]

C’est dans cet esprit donc que je m’adresse à vous aujourd’hui, chers étudiants, pour la 1re fois. Comme nous aurons bien d’autres occasions de nous rencontrer, aujourd’hui je voudrais vous dire l’essentiel. Et l’essentiel, qui caractérise notre école, tient en 3 points :
- le collectif qui constitue notre environnement de travail, le vivre ensemble
- le but commun qui nous fait être là, la formation aux diplômes
- l’objet même de notre travail, le comment nous y prendre ? Avec quelle pédagogie ?

Si vous le voulez bien, j’aborderai ces 3 points qui sont le Qui, le Pourquoi et le Comment de notre histoire commune qui commence aujourd’hui.

Le qui
C’est Vous, c’est Nous et c’est donc Ensemble.

“Nous sommes venus dans des esquifs différents, mais nous sommes dans le même bateau.”
Martin Luther King.

Nous sommes venus avec nos singularités, nos différences. Et de cette diversité, nous allons faire quelque chose.
Nous allons travailler avec ce que chacun d’entre vous apporte, que ce soit vos peurs ou vos espoirs, que ce soit vos carences ou vos expériences.
Nous allons travailler avec ce que chacun d’entre nous possède, nos savoirs, nos convictions, notre écoute et notre adaptation à vos besoins.

Pour que chacun se retrouve dans ce collectif – chaque individu reconnu dans un collectif – nous avons un cadre de référence. Un cadre qui fixe les règles du Vivre ensemble. Dans cette école, chaque étudiant a des droits et des devoirs. A connaître, pour les faire reconnaître.
Car si nous avons un règlement intérieur des étudiants, un règlement des études, c’est pour que, à l’intérieur de ce cadre connu de tous, chacun puisse s’exprimer, s’extérioriser, se sentir dans un confort matériel et mental qui lui permette d’étudier dans de bonnes conditions. Vous aurez des droits à faire valoir, des obligations à tenir, mais surtout, des espaces de paroles, d’expressions diverses, parce que votre environnement de travail, c’est aussi et surtout vous qui le faites.

Si le vivre ensemble pourra se construire avec vous, c’est parce que nous avons un but commun.

Le pourquoi
Le but. Notre but commun.

Notre but est de vous former à un double diplôme. Votre but est de l’obtenir.
Ceci étant dit, c’est un but que nous allons vite oublier. Car si l’obtention de votre diplôme est la cible dans 3 ans, notre objectif sera plutôt de vous permettre de construire votre propre identité professionnelle. Car ce qui compte est moins d’avoir le diplôme d ‘assistant de service social que d’exercer ce métier avec conviction, avec envie, avec compétence.

Dans un voyage, et selon la formule consacrée, le but est moins la destination d’arrivée que le voyage et ses chemins de traverses pour arriver à bon port.

Comme vous, nous serons attachés à vos résultats, en cours de formation. Pour vous, comme pour nous, les évaluations intermédiaires baliseront la qualité de votre travail. Mais l’objet de nos préoccupations sera votre progression. Ce qui nous importera, ce sont les chemins que vous prendrez pour découvrir votre futur métier, en comprendre la diversité, en rejeter la complexité puis l’accepter, et enfin aimer votre métier.

Vous faire aimer la formation et votre futur métier, c’est notre but.

Le comment
La clef de tout cela, c’est le travail ! J’ai déjà cité plusieurs fois ce mot. Et je pense que vous l’entendrez souvent. La formation, c’est du travail !

Alors comment est-on formé à l’IRTS ? Nos statuts disent : une formation professionnalisante pour adultes. Si je devais résumer, je dirais que la formation du travailleur social à l’IRTS, c’est une formation - transformation.

Les formateurs sont détenteurs d’un savoir qu’ils vont vous transmettre. Ce savoir est partiel, essentiel mais partiel pour l’apprentissage de nos métiers. Le savoir, vous irez le chercher aussi sur les terrains professionnels, dans vos propres expériences, sur Internet.
Mais ce que les formateurs mettront à votre disposition – et que vous ne trouverez nulle part ailleurs, même sur Internet, c’est la mise en scène des savoirs.
Les formateurs seront disponibles et compétents pour vous permettre de hiérarchiser vos savoirs, de bâtir des passerelles entre eux. Ils vous fourniront des cadres mentaux qui vous permettrons, à votre manière, de classer, comprendre, organiser les informations reçues. Vous allez acquérir votre propre manière de vous mouvoir dans le savoir, vous allez structurer votre pensée et les formuler de façon précise.

Ce sont vos capacités dormantes que nous irons chercher, les découvrir avec vous : vos propres méthodes de travail ; vos capacités à affronter les contradictions, la complexité ; votre concentration, votre résistance à la dispersion…

C’est un vaste programme que cet acte d’enseigner. C’est un sacré pari que de poser le pacte de départ : votre formation vous appartient. Socrate disait “le savoir n’est bon que si je le pense par moi-même.”

Ce sera notre aventure.
A qui ? A Vous, à Nous, à notre capacité à Vivre Ensemble.
Pourquoi ? Dans le but de vous voir entrer dans la famille des travailleurs sociaux, comme un professionnel accompli.
Comment ? En partageant avec vous le désir de savoir.

Je vous remercie pour votre attention.


Intervention de Catherine Roulhac, responsable des filières ASS-EJE-ES
La formation à Neuilly-sur-Marne. Le cursus à double validation


Hugues Dublineau, président de la Fondation ITSRS


Hervé Létang, directeur général de l'IRTS


Catherine Roulhac, responsable des filières ASS-EJE-ES / IRTS



** 2e partie - L’accueil versant Université Paris 13-Sorbonne Paris Cité

A l’IRTS, les formations aux DEASS, DEEJE et DEES sont couplées avec un parcours universitaires. Il s’agit d’un cursus unique, à double validation.
Trois licences au choix, le choix se faisant en 2e année.
- Licence Administration économie et sociale
- Licence Science sanitaires et sociales
- Licence Clinique - Psychologie

L’ensemble des responsables des parcours universitaires de l’Université Paris 13-Sorbonne Paris Cité à l’IRTS a pu revenir sur la spécificité de chaque licence, l’organisation des enseignements, l’inscription des étudiants...

André Tardieu, vice-président du Conseil des études et de la vie universitaire - CEVU

Michaël Chocron, Coordonnateur universitaire des parcours Psychologie et Santé - UFR Lettres, Sciences de l’Homme et des Sociétés – LSHS et UFR Santé, médecine et biologie humaine - SMBH

Gilbert Coyer, responsable pédagogique du parcours Clinique - Psychologie - UFR Lettres, Sciences de l’Homme et des Sociétés - LSHS

Nathalie Ferré, responsable pédagogique du parcours sciences sanitaires et sociales - UFR de Santé, Médecine et Biologie Humaine - SMBH

Patricia Sanchez, assistante pédagogique du parcours Administration économie et sociale - UFR Droit Sciences Politiques et sociales - DSPS

Emilie Vincent, coordinatrice du parcours Administration économie et sociale - AES - UFR Droit Sciences Politiques et sociales - DSPS


André Tardieu, vice-président du Conseil des études et de la vie universitaire - CEVU


Nathalie Ferré, responsable pédagogique du parcours sciences sanitaires et sociales - UFR de Santé, Médecine et Biologie Humaine - SMBH Patricia Sanchez, assistante pédagogique du parcours Administration économie et sociale - UFR Droit Sciences Politiques et sociales - DSPS


Gilbert Coyer, responsable pédagogique du parcours Clinique - Psychologie - UFR Lettres, Sciences de l'Homme et des Sociétés - LSHS Michaël Chocron, Coordonnateur universitaire des parcours Psychologie et Santé - UFR Lettres, Sciences de l'Homme et des Sociétés – LSHS et UFR Santé, médecine et biologie humaine - SMBH

** 3e partie - L’accueil versant l’équipe du site

Un projet pédagogique commun en 4 objectifs
John Ward, responsable Alternance & International
- confirmer son projet professionnel
- identifier et construire des savoirs à partir des disciplines
- comprendre l’ancrage et l’action sociale sur les territoires
- développer des méthodes personnelles de travail

Présentation des services
Accueil, Financement,Technique, Logistique et Centre de ressources documentaires.

3 formations pour 3 diplômes d’Etat
Présentation des formations par chaque responsable de filière.
Marie-Christine Benichou, responsable de la filière éducateur spécialisé
Véronique Fanfant, responsable de la filière éducateur de jeunes enfants
Corinne Garnotel, responsable de la filière assistant de service social

La formation dans le cadre d’un cursus professionnalisant et universitaire
La certification et les partiels, l’importance du choix d’une licence en fin d’année
Catherine Roulhac, responsable des filières ASS-EJE-ES

Présentation des assistantes pédagogiques.




Corinne Garnotel, responsable de la filière assistant de service social - IRTS Marie-Christine Benichou, responsable de la filière éducateur spécialisé - IRTS


John Ward, responsable Alternance & International - IRTS Véronique Fanfant, responsable de la filière éducateur de jeunes enfants - IRTS

** La suite de la semaine

Au cours de la semaine le planning était bien chargé, journée par filière pour mardi ; mercredi en petits groupe par filières, les étudiants éducateur spécialisé ont fait le tour de tous les bureaux, accompagnés de leur formateur référent... ensuite le côté administratif : financement des études, bourses... inscription à l’Université. Jeudi, une journée complète pour revenir sur les enjeux de la formation et vendredi, les cours commençaient...

Photos - ©Anne Bernard – IRTS 2014

Actualités de l’école


Géolocalisation

IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne
1 rue du 11 Novembre
92123 Montrouge
Tel : 01 40 92 01 02
contact.montrouge@irts-montrouge-neuillysurmarne.eu

IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne
150 avenue Paul Vaillant Couturier
93330 Neuilly-sur-Marne
Tel : 01 49 44 67 10
contact.neuilly@irts-montrouge-neuillysurmarne.eu

Qui sommes nous

Association fondée en 1900 et déclarée le 26 juillet 1901, elle devient une Fondation reconnue d’utilité publique en 1978. En 1987, la Fondation ITSRS (Institut de travail social et de recherches sociales) est agréée en tant qu’Institut Régional du Travail Soial (IRTS). À partir de novembre 2001, l’ITSRS à Montrouge et l’ISIS à Neuilly-sur-Marne ont été réunis afin de former un seul IRTS sur deux sites regroupant au total près de 1700 étudiants.

Nos partenaires

Ile de France Unaforis

© 2009 fondation-itsrs.org, tous droits réservés