La revue de presse d’Anne Bernard - 1er trimestre 2016

Anne Bernard - IRTS 2012Anne Bernard, documentaliste à l’IRTS, nous permet depuis quelques années, de suivre l’actualité "papier" du secteur. Voici sa sélection d’articles, publications, revues en lignes, émissions de radio, documentaires & expositions - 1er trimestre 2016.


Mars 2016

ASH - N°2950
Rubrique Décryptage - Les jeunes incasables révèlent l’inventivité des professionnels. Une recherche lève le voile sur la capacité des intervenants à inventer des réponses hors des cadres prescrits et réhabilite la dimension émotionnelle du travail éducatif.
A découvrir sur le site Internet : gip-recherche-justice.fr
Amour, handicap et institution. L’accompagnement à la vie sexuelle dans un FAM. Dans les Yvelines, la Fondation Mallet met en œuvre un projet global favorisant l’accès à une vie affective et sexuelle pour l’ensemble de ses résidents. Au sein du foyer d’accueil médicalisé notamment, les professionnels sont préparés et formés à cet accompagnement délicat.

TSA - N°70
Rubrique Grand angle - Une (r)évolution à petits pas. Après des années de lutte des familles pour un meilleur accompagnement, le 3e plan autisme a impulsé une nouvelle dynamique, sur la base des recommandations de bonne pratique. Les créations de places et une meilleure formation des professionnels sont toujours très attendus, mais l’offre médico-sociale amorce son virage dans les territoires.
Le DEAES. Nouveau diplôme de niveau V qui se substitue aux anciens diplômes d’Etat DEAVS et DEAMP, vient enfin de voir le jour. Entretien avec Paul Heulin, directeur général du CEFRAS – région Pays de la Loire –, responsable de la commission nationale des niveaux V à l’UNAFORIS.

LIEN SOCIAL - N°1180
Dossier - Mal au travail social. Les risques psycho-sociaux dans le secteur social. La souffrance au travail dans le secteur social est-elle proportionnelle à la remise en question de ses fondamentaux ? D’évidence, elle prend une dimension inquiétante. Des centres communaux d’action sociale à la Protection judiciaire de la jeunesse, en passant par toutes les institutions du secteur, plusieurs études bruissent de ce malaise.
Le Prix de l’Ecrit Social. Finalement assez méconnu, la 4ème édition vient d’avoir lieu le 4 février 2016 à Rezé – ARIFTS.
Le prix à découvrir sur le site Internet : arifts.fr
Découvrir le sommaire complet du N° sur le site Internet : lien-social.com

Le Sociographe - Hors Série N°8
L’éducation peut-elle être contrainte ? Sous la direction de Nordine-Ahmed Touil et Catherine Lenzi. Parce qu’éduquer ne peut s’exonérer de la notion de contrainte, les questions, les discours, les orientations éducatives et politiques n’ont cessé d’en questionner les contours et les limites. Si ce numéro approche l’esprit des dispositifs, raconte qui sont ces mineurs difficiles et rend visibles les ressorts d’action informels des acteurs dans un tel contexte, une des ambitions qu’il pourrait avoir dans les réflexions et débats auxquels il peut ouvrir, serait de déconstruire la dynamique éducative afin d’en révéler les possibles et les résistances. En même temps, la démarche réflexive qui habite ce hors série nous invite à mettre en perspective liberté et contrainte. Un des enjeux de l’éducation dans une démarche kantienne, n’est-il pas de concilier sous une contrainte légitime, l’action de s’y soumettre à celle de se servir de sa liberté. Comment dès lors concilier et cultiver liberté et contrainte ? Au fond, être éduqué ne suppose-t-il pas d’être préalablement dressé ? – 4e de couverture
A découvrir sur le site Internet : cairn.info

VIE SOCIALE - N°12
Permettre la jeunesse ou comment accompagner les jeunes majeurs vers l’autonomie et l’indépendance. 4 parties. La 1re : Jeunesses et société évoque l’espace symbolique du travail de jeunesse. La 2e porte sur le fait de devenir adulte lorsqu’on est un jeune protégé. Le devenir des jeunes sortis, notamment, de placement ou de l’Aide sociale à l’enfance. La 3e regroupe les pratiques significatives et pratiques innovantes comme le Foyer de jeunes travailleurs – FJT – outil d’insertion à valoriser. Enfin, des récits d’expériences sur les incasables du service normatif social et l’apprentissage à être autonome et indépendant.
A découvrir sur le site Internet : injep.fr
Lire la revue en intégral – site Internet : cairn.info

EMPAN - N°100
Travail social : le moment de transmettre. L’acte de transmettre ne se résume pas au seul processus de transmission. Il y a un au-delà à l’explicite des savoirs transmis, qui vient faire sens pour la personne qui les reçoit dès lors qu’elle est en capacité de se les approprier afin d’orienter sa trajectoire de vie. Transmettre ce n’est pas seulement instruire – donner des connaissances, former l’esprit et informer… – Transmettre c’est aussi éduquer – aider à développer des aptitudes, à s’inscrire dans une culture, à acquérir des usages. Dès lors, et parce que l’acte de transmettre participe de façon essentielle à la dynamique de construction du sujet, les sociétés contemporaines sont violemment confrontées aux “trous” générés par un travail de sape long et continu de la posture de l’adulte éducateur et de sa responsabilité. Les éruptions de violence, souvent commises par des individus fragilisés et abandonnés aux seuls discours des extrémismes, sont sans doute le symptôme d’un manque de figure d’autorité susceptible de produire l’étayage nécessaire au grandir ou se grandir. Reste alors à formuler les éléments de réponse pratiques à cette question : qu’est-ce que, au travers de l’acte de transmettre, l’adulte référent donne à saisir de lui-même qui permet à l’autre de se construire ? Et ce indépendamment du fait d’être d’accord ou non avec le contenu de la transmission...
Lire la revue en intégral : cairn.info

DOC’accompagnement - N°1 – janvier-février 2016
Doc’AMP devient DOC’accompagnement. Le magazine consacré à la vie sociale et à l’animation en institution.
Dossier - La distance professionnelle : serait-elle un leurre ? Distance professionnelle ou émotionnelle, relation d’aide, recul nécessaire (…) Toute distance impose de fait de “se couper” de la personne aidée. L’objectif est plutôt de ne pas perdre à l’esprit le bien-être de la personne aidée, d’agir dans le respect et la bienveillance. Un difficile équilibre devra être trouvé…mais pas seul. L’équipe, les réunions pluridisciplinaires, les formations et l’expérience sont autant de garde-fous. Alexandra Marquet.

THERAPIE PSYCHOMOTRICE ET RECHERCHES - N°179, Collection 47
Toucher & être touché. La référence au toucher véhicule naturellement un cortège de représentations empruntant à des registres variés, bien au-delà des enjeux potentiellement thérapeutiques dont il peut se faire le vecteur. Renvoyant tant à des vécus personnels d’une indéniable intimité qu’à des références groupales et culturelles variées et contrastées, se faisant l’écho des premières relations tissées par le bébé avec son environnement mais aussi de la rencontre du sujet avec la sexualité génitale, la question du toucher appelle à s’intéresser à des niveaux d’analyse pluriels tout en acceptant peut-être aussi qu’une forme de part d’ombre reste hors d’atteinte. Parce qu’il sollicite le corps bien en deçà des mots, la possibilité d’en aborder l’essence et les ressorts demeure problématique. Jérôme Boutinaud, co-rédacteur en chef.

L’école des parents - N°618
Numéro nouvelle formule –changement de format et changement de périodicité : la revue sera désormais trimestrielle.
Dossier - Désirs d’enfants. Le désir d’enfant a changé de nature au fil du temps. Jadis la question ne se posait pas : on faisait des enfants pour ses vieux jours, pour continuer la lignée et pour l’État. La maîtrise de la fécondité a radicalement changé la donne à partir des années 1970. La grossesse est aujourd’hui le résultat d’un choix qui a libéré les femmes, mais les a placées face à leur désir – ou à leur non désir – d’enfant. Un désir individuel et multiforme, qui s’inscrit dans un parcours de vie personnelle et professionnelle et qui, avec l’aide des technologies de procréation médicalement assistée, peut se montrer impérieux. Quelles sont les limites à apporter au « droit à l’enfant » ? Que penser des parentalités tardives ? Comment expliquer l’infertilité dont les causes ne sont pas médicales ? Les grossesses précoces résultent-elles parfois d’un choix inconscient ? Ce dossier de L’école des parents se penche sur les questions que posent les désirs d’enfant au XXIe siècle.
Lire la revue en intégral : cairn.info

VERS L’EDACATION NOUVELLE - N°561
Dossier - Jeux traditionnels, jeux paradoxaux. L’intérêt présenté par l’apport éducatif original des jeux traditionnels a été à la source du choix du sujet de ce dossier. De nos jours, les enfants et les jeunes en général sont constamment sollicités par des activités et des sports qui valorisent l’exaltation de la performance individuelle et la recherche de la domination d’autrui. Face à cette idéologie de la compétition sélective, les jeux paradoxaux proposent des pratiques relationnelles plus souples qui favorisent une confrontation de l’entraide et du partage. Les auteurs des articles de ce dossier sont tous des acteurs de terrain qui montrent combien ces jeux inhabituels enthousiasment les enfants et créent de nouvelles façons de jouer ensemble. Il serait dommage que ces types de jeux ne se répandent pas davantage. Il s’agit donc aussi d’une invitation à un tel voyage.
Sommaire en ligne – site Internet : publications.cemea-formation.com

Enfances & PSY - N°68/2015
Thématique - Questions de séduction. Il était une fois, la séduction. Il était une fois Œdipe, Narcisse et les sirènes... Il était une fois l’école des filles et l’école des garçons, le maître, la maîtresse et leurs élèves, le psychanalyste et ses analysants. Il était une fois Facebook, Tweeter, les jeux vidéo, les enfants et les adolescents... L e besoin, voire la nécessité de séduire semblent avoir envahi les sphères économiques, politiques, médiatiques, familiales et individuelles. D’un sexe à l’autre, d’un individu à l’autre, entre un individu et une foule, ou entre deux générations, la séduction tisse des liens ambigus sous les auspices de la rencontre, du désir, du plaisir, d’Éros, mais aussi du pouvoir, de la domination, voire de la manipulation et de Thanatos. Si séduire, c’est plaire, charmer, étymologiquement, seducere, c’est aussi détourner pour amener à soi, exercer une emprise, attirer en dehors du droit chemin… Que penser aujourd’hui de la place et des formes de la séduction dans la relation parents-bébé, dans les relations entre enfants, entre adolescents, dans leurs liens aux adultes ? Comment comprendre les comportements de séduction des enfants ou des adultes dans la clinique de l’hystérie ou de la perversion ? Comment penser et accompagner la découverte et l’éclosion de la sexualité génitale dans le monde contemporain des nouveaux contextes sociaux et familiaux ? Introduction de Jean-Pierre Benoît, Jean-Louis Le Run et Antoine Périer.
Lire la revue en intégral – site Internet : cairn.info

Enfance - N°99
Enfants placés, quelles trajectoires ? L’esprit du dispositif de protection de l’enfance français privilégie le maintien de l’enfant dans sa famille tant que sa santé, sa sécurité, sa moralité et les conditions de son éducation ne sont pas compromises, mais il autorise également la séparation, selon des modalités adaptées, dans le cas contraire. Le placement d’enfants souffre cependant de nombreuses idées préconçues. Entre institution défaillante et domination de l’idéologie familialiste, le doute subsiste toujours sur les moyens qu’a l’institution de favoriser le développement de l’enfant placé.
Le mensonge. Nous n’apprenons pas à nos enfants à mentir, ne leur enseignons pas qu’il y a des moments où il convient de mentir et d’autres où il nous faut mieux être honnêtes… Au contraire, nous leur assenons plutôt de toujours dire la vérité. D’où vient cette capacité à mentir et comment un jeune enfant et à partir de quel âge un tout-petit devient "apte" au mensonge ? C’est ce que nous explique Kang Lee, chercheur et professeur de psychologie humaine et appliquée à l’Université de Toronto – Canada.

METIERS de la petite enfance - N°230
Dossier - Le jeu. Le jeu est un lieu où les enfants se permettent d’être pleinement eux-mêmes ; c’est pourquoi il est au cœur des pratiques professionnelles (…) Le jeu est en effet le support d’un plaisir partagé, favorisant la relation entre l’enfant et le professionnel de la petite enfance. Il est considéré comme une nourriture affective de cette relation. Pascale Blanc.

SCIENCES PSY - N°5
Qu’est-ce qui guérit ? L’effet placebo… D’un côté, la logique scientifique qui modèle notre conception de la médecine et de la maladie ; de l’autre, des phénomènes mystérieux, des guérisons spontanées, quasi miraculeuses… Comment expliquer l’amélioration soudaine de l’état d’un malade ou au contraire sa brusque dégradation ? L’effet placebo et l’effet nocebo seraient-ils LA réponse à ces phénomènes ? À voir…

SCIENCES HUMAINES - N°42
Les grands dossiers - La psychologie aujourd’hui. Dans Google, le mot “psychologie” renvoie à 52 700 000 résultats. “Psychology” à 246 000 000. Imaginez si l’on ajoute ceux qui se rapportent à des notions voisines de la psychologie comme “psychothérapie”, “troubles mentaux”, “psychanalyse”, “psychiatrie”, “personnalité”, “développement personnel”, et tant d’autres… Rien que pour se tenir au courant des nouvelles recherches en neurosciences, il faudrait lire – et comprendre, et retenir ! – une centaine d’articles scientifiques par jour. Même en s’efforçant de trier le bon grain de l’ivraie, aucun spécialiste ne peut donc se prétendre expert de toute la psychologie, avec ses racines profondes, ses bourgeonnements parfois exubérants, ses ramifications toujours multiples. Autant dire qu’un état des lieux comme celui que nous vous proposons ici nous semble le bienvenu. Il est nécessaire. Mais est-il suffisant ? Vous l’aurez compris, présenter l’ensemble de la psychologie à l’instant T réclamerait une encyclopédie… qui deviendrait en partie caduque d’ici dix ans. Nous faisons cependant le pari de cerner les grandes lignes, repérer les tendances, dissiper les malentendus, débusquer les clichés. En un mot, restituer la vitalité d’une respectable mais imprévisible vieille dame qui ne cesse de se régénérer. Editorial de Jean-François Marmion.
Sommaire en ligne – site Internet : scienceshumaines.com

Philosophie magazine - N°97
Dossier - Peut-on choisir ses désirs ? “C’est mon choix !” Tel est le mantra qui scande nos existences. Moins enchaînés par la tradition, nous sommes désormais invités à choisir en conscience les orientations essentielles de notre vie : notre métier ou notre sexualité, notre alimentation ou notre façon de faire famille. C’est un appel à la liberté puissant mais qui se révèle très fragile : ces désirs pour lesquels nous nous décidons risquent de ne trouver aucune nécessité propre à les soutenir. Car le désir n’est jamais totalement saisissable : plus spirituel que le simple besoin et plus charnel que la claire volonté, il reste une énigme à laquelle la philosophie tente de répondre depuis ses origines. Il y a d’abord, chez les stoïciens, le désir considéré comme une pulsion qu’il s’agirait de maîtriser. Mais comment manipule-t-on cette force fugace ? Il y a ensuite, chez Freud, le désir compris comme un interdit à sublimer. C’est aussi le moteur de bien des œuvres d’art. Et il y a, enfin, le désir comme part essentielle de soi qu’il faudrait dès lors affirmer avec Spinoza. À chacun de combiner, selon les moments et les situations, ces trois approches.
De la difficulté d’être athée en terre d’islam. Rencontre avec de jeunes athées marocains. Dans un royaume où l’incroyance est associée à l’immoralité et où les sceptiques sont mis au ban de la société, comment surgit le doute et comment vit-on avec ? Nous sommes allés à la rencontre des athées du Maroc, jeunes gens qui avaient espéré dans la foulée des printemps arabes que la liberté de conscience aurait enfin droit de cité. Récit d’un combat pour l’émancipation.
Sommaire en ligne – site Internet : philomag.com

ESPRIT - N°423
Colères. Nul n’en disconviendra, l’ambiance est morose. Nous assistons, impuissants, à des transformations profondes et brutales de nos formes de vie. Pour en rendre compte, on incrimine au choix la mondialisation, la technique, l’effondrement des valeurs, l’afflux des migrants… C’est rarement sans irritation que nous abordons des changements sur lesquels il semble que nous n’ayons aucune prise. Nombreux sont ceux qui cèdent à une résignation mélancolique devant la perte des espérances et des enthousiasmes politiques : mélancolie de droite pour qui fantasme une identité passée, mélancolie de gauche pour qui a abandonné ses idéaux d’émancipation et voit les compromis sociaux balayés par les hégémonies néolibérales. Mais la mélancolie n’est peut-être qu’une colère rentrée, usante et qui ne peut se résoudre au désespoir que par les petites compensations narcissiques qu’elle procure malgré tout. Si nous essayions d’explorer nos colères, justement pour résister à la mélancolie ? N’y a-t-il pas dans le fait d’être mis “hors de soi” une capacité de se porter au-delà de nos égoïsmes ? Introduction de Jonathan Chalier et Michaël Foessel.
Lire la revue en intégral : cairn.info

ESPRIT - N°422
Les religions dans l’arène publique. Dans un contexte de déculturation et de repli identitaire, les affirmations religieuses – en particulier celles de l’islam – interrogent les équilibres politiques et mettent les sociétés à l’épreuve. Les textes d’Olivier Roy, Smaïn Laacher, Jean-Louis Schlegel et Camille Riquier permettent de repenser la place des religions dans l’arène publique, en France et en Europe.
Lire la revue en intégral : cairn.info

Alternatives Economiques - Hors série N°107
Quel monde en 2016 ? Tous les points chauds de la planète, les analyses des meilleurs spécialistes, les grands enjeux mondiaux. Le système international est aujourd’hui marqué par un désordre profond. Le moment unipolaire des années 1990-2000, lorsque les Etats-Unis dominaient la scène internationale, a conduit à de coupables errements, comme la volonté démiurgique de remodeler le Moyen-Orient qui a énormément déstabilisé la région. Mais le moment apolaire contemporain est tout autant lourd de dangers, car il entretient une anarchie déstabilisatrice conduisant à des interventions tous azimuts, sans stratégie d’ensemble, comme on le voit en Syrie et au Yémen. Il serait grand temps d’organiser une multipolarité dynamique – incluant de grands Etats émergents –, tout en redonnant du souffle au multilatéralisme. Vaste programme, à l’évidence, qui ne verra pas le jour très vite. A cet égard, la nomination du prochain secrétaire général de l’ONU en 2017 sera une indication intéressante de la direction dans laquelle les puissances, grandes et moyennes, entendent conduire le monde : vers une coopération renforcée ou vers une concertation purement symbolique. Extrait de l’éditorial de Alain Dieckhoff, directeur du Céri-Sciences Po Paris.
Sommaire en ligne – site Internet : alternatives-economiques.fr

Jeu Vidéo - A Blind Legend . Un jeu entièrement sans images, basé sur des sons en 3D qui permet aux non et malvoyants de jouer à un jeu vidéo, coproduit par le studio de création de serious games DoWiNo et France Culture.
A télécharger gratuitement sur votre smartphone.
Pour savoir ce que Laurence Le Saux de Télérama a pensé de A Blind Legend - site Internet : telerama.fr

Expo photos - Visages d’Apprentis d’Auteuil de Marie Tremoulet sur le parvis de l’Hôtel de Ville à Paris, jusqu’au 20 mars, à l’occasion du 150e anniversaire des Apprentis d’Auteuil. Portrait d’une jeunesse en marge. Marie s’est immergée dans la vie de la fondation pendant plusieurs semaines et nous offre son regard bienveillant et artistique sur les enfants et les jeunes que nous accompagnons. Sur les thèmes des familles, de l’insertion professionnelle ou encore de l’accueil des fratries, ce sont bien les enfants, les jeunes et les familles que nous accompagnons qui sont les héros de cette exposition.

Road trip - Lucie à la conquête de l’ouest. Jérémy Michalak. Jusqu’au 20 mars 2016 seulement, sur Canalsat. Jérémy Michalak a filmé l’incroyable traversée américaine, en 14 jours, de Lucie Carrasco, souffrant d’amyotrophie spinale. Le handicap fait encore peur à la télévision. Or le mérite ici est de montrer que les personnes à mobilité réduite sont capables de mener une vie presque comme tout le monde. Lucie Carrasco, l’héroïne de ce trip movie, a dû se battre pour vivre la sienne. Parce que, en chaise roulante, des études de stylisme lui sont refusées, mais cela ne l’empêchera pas de lancer sa collection. Un de ses rêves était de traverser les Etats-Unis. Elle a harcelé Jérémy Michalak pour le réaliser. Rétif au départ, l’animateur a été gagné par l’enthousiasme de cette jeune femme prête à avaler des milliers de kilomètres. Joël Morio, Le Monde 8 mars 2016.
En ligne gratuitement – site Internet : canalsat.fr


Géolocalisation

IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne
1 rue du 11 Novembre
92123 Montrouge
Tel : 01 40 92 01 02
contact.montrouge@irts-montrouge-neuillysurmarne.eu

IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne
150 avenue Paul Vaillant Couturier
93330 Neuilly-sur-Marne
Tel : 01 49 44 67 10
contact.neuilly@irts-montrouge-neuillysurmarne.eu

Qui sommes nous

Association fondée en 1900 et déclarée le 26 juillet 1901, elle devient une Fondation reconnue d’utilité publique en 1978. En 1987, la Fondation ITSRS (Institut de travail social et de recherches sociales) est agréée en tant qu’Institut Régional du Travail Soial (IRTS). À partir de novembre 2001, l’ITSRS à Montrouge et l’ISIS à Neuilly-sur-Marne ont été réunis afin de former un seul IRTS sur deux sites regroupant au total près de 1700 étudiants.

Nos partenaires

Ile de France Unaforis

© 2009 fondation-itsrs.org, tous droits réservés